top of page
Rechercher

Polyrythmie et collaboration



Depuis mon enfance, j'ai une passion débordante pour la batterie. Une fascination inexplicable, probablement surnaturelle, presque incontrôlable. Je n'ai jamais cherché à en comprendre les raisons, j'ai simplement fait confiance à mon intuition. Bref, 25 ans plus tard, cette expérience phénoménale m'a permis de vivre des moments de partage, d'excitation, d'épanouissement, de plaisir et d'apprentissage. Des moments merveilleux qui m'aident beaucoup, et aussi étrange que cela puisse paraître, surtout au travail, voici pourquoi.


Selon les légendes musicales urbaines, ce n'est pas vous qui choisissez votre instrument, c'est l'instrument qui vous choisit. Dans mon cas, c'était évident, le monde de la percussion avait mis une option sur moi : Je devais jouer de la batterie, c'était plus fort que moi!


La batterie est intimidante, encombrante, bruyante, très chère et pas très mélodieuse : c'est normal, c'est un instrument rythmique. Malgré tous ces points négatifs, ce fut le coup de foudre !


Leçon 1 : le travail d'équipe avant tout

Jouer de la batterie seul dans son sous-sol, c'est bien, en groupe et devant des centaines de personnes, c'est sans doute mieux ! Ma première leçon a donc été de comprendre qu'il est essentiel, pour devenir un bon batteur, de jouer avec d'autres musiciens. En tant que gardien du tempo et du rythme, il faut " lire l'air ", " observer chaque mouvement ", " communiquer sans parler ", " écouter avec les yeux ", ne pas en faire trop, donner de l'espace aux autres et rendre la composition musicale la plus harmonieuse possible. En ce sens, c'est un véritable travail d'équipe, parfaitement transposable sur notre lieu de travail. Chaque "créateur" a sa place, car la construction commune est bien plus importante que la performance solo.



Ma première batterie

Yamaha Oak series, caisse claire DW & cymbales Zildjian


Leçon 2 : tempo et groove

En matière de musique, vous avez probablement déjà entendu deux mots particulièrement importants : tempo et groove. A la batterie, ce sont deux piliers fondamentaux et indissociables. En quelques mots, le tempo est l'approche mathématique et cartésienne du découpage rythmique. Il permet à tout musicien de se repérer et de maintenir une cohésion musicale. En revanche, le groove est différent. Ici, on arrête l'arithmétique pour parler de perception, d'émotions et de sentiments. Comme vous le savez, la musique est étroitement liée aux émotions, le groove accentue donc cet aspect et transcende une simple vibration en émotions. Au travail, nous avons souvent des feuilles de route, des délais, des livrables, qui sont très similaires au concept de tempo. Il est prévisible, quantifiable et permet à tout le monde d'être sur la même longueur d'onde. Cependant, ici, le parallèle avec le groove est particulièrement subtil, c'est-à-dire que le groove est ce qui va rendre un projet ou une activité stimulant, agréable, excitant, inspirant ! Comme vous pouvez le constater, les deux vont de pair, car il s'agit de marier structure et effervescence pour rendre notre quotidien intéressant, inclusif, stimulant et agréable, pour ne pas dire extraordinaire !


Leçon n°3 : tout est dans les notes fantômes

Un point qui me tient particulièrement à cœur concerne l'importance du phrasé invisible. En musique, on appelle cela les "notes fantômes". En bref, ce sont des "notes invisibles" qui sont difficiles à percevoir. En revanche, elles donnent beaucoup de corps et de profondeur au rythme. Elles placent le jeu du batteur à un tout autre niveau, plus riche, plus généreux, plus complet. Au travail, les notes fantômes sont partout. Ce sont des comportements simples, parfois imperceptibles, trop souvent oubliés... mais ils font toute la différence. Lesquels sont-ils ? C'est très simple, il ne s'agit pas de les nommer tous, en voici quelques-uns : Bonjour, Au revoir, s'il vous plaît, Merci, Bravo, Bien joué, Comment puis-je vous aider ? Oui, au quotidien, ces petits comportements fantômes font toute la différence, en toute circonstance !


Leçon n°4 : Polyrythmies & collaboration

Le travail d'équipe et la gestion des personnes n'est pas une tâche facile, tout le monde le sait. Surtout lorsque nous devons relever des défis complexes avec des ressources limitées. En ce sens, la musique, et plus particulièrement la batterie, m'ont beaucoup inspiré pour aborder ces moments difficiles d'une manière différente. Comment ? Très simplement, avec la polyrythmie. En un mot, il s'agit non seulement de combiner plusieurs rythmes, plusieurs instruments, plusieurs mélodies, plusieurs styles, mais surtout de faire en sorte que cela sonne bien pour les musiciens et pour le public. Comme vous pouvez le constater, dans cet exemple, le niveau de complexité est à son maximum. En ce sens, si vous transposez ce concept à la collaboration et à la gestion d'équipe, elles nécessitent toutes deux une excellente maîtrise de la polyrythmie. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que nous sommes tous différents et complémentaires. Nos rythmes biologiques, nos croyances, notre perception, nos connaissances et bien d'autres points encore, augmentent le niveau de complexité de chaque interaction. Par conséquent, identifier, arranger, combiner, promouvoir et inclure les différences est la clé pour atteindre un niveau de collaboration durable, pas facile, mais beaucoup plus intéressant pour la santé et le bien-être de chaque équipe.




Ainsi, la prochaine fois que vous verrez une batterie, considérez-la comme une analogie avec votre bureau ou votre lieu de travail.


N'oubliez pas :


  1. L'équipe est bien plus importante que les performances individuelles

  2. Le tempo est important, le groove est essentiel !

  3. Chaque comportement fantôme compte

  4. La polyrythmie n'est pas une destination, c'est un cheminement !

17 vues0 commentaire
bottom of page